Menu

Nutrition physiologique

Nutrition physiologique

Nutrition physiologique

Nous ingérons des aliments au quotidien pour être transformés par notre corps. Ces transformations suivent des principes biochimiques très complexes avant, pendant et après leur ingestion. Tout au long du cycle de la vie d’un corps humain, les aliments servent à subvenir aux différents besoins dits « physiologiques » selon l’âge et le sexe de la personne. Par exemple, les aliments sont prioritairement nécessaires pour la croissance quand on est enfant, pour le maintien des fonctions corporelles quand on devient adulte mais aussi pour produire de l’énergie pour que le corps humain puisse être toujours en mouvement chaque fois que ce sera nécessaire.

La Bonne Nutrition Physiologique ! C’est Quoi au Juste ?

Bref, les aliments sont indispensables à la vie. C’est la vie même. Sans les aliments il n’y a pas de vie possible ! C’est pourquoi, les aliments et la nutrition sont des sujets liés et sont si importants que nul ne peut et ne doit l’ignorer.

Indépendamment des choix judicieux de bons aliments, la bonne nutrition dépend aussi de la manière dont les matières premières sont cultivées, transformées, stockées et consommées. La science de la nutrition dépend aussi de l’âge, du sexe, de la morphologie, de l’origine culturelle, de l’environnement climatique, de la qualité de l’habitation, du niveau de pollution atmosphérique ou encore des substances intervenant dans la consommation quotidienne que ce soit alimentaire ou pas, ex : produits d’entretien de synthèse chimique qui peuvent polluer. En outre, l’efficacité nutritionnelle dépend aussi de l’état psychique, psychologique et émotionnel de l’individu. L’état de santé de l’individu, notamment la présence de carences nutritionnelles alimentaires (période de jeûne, famine) affecte aussi la nutrition. Les bons principes de nutrition doivent tenir compte aussi de l’existence d’une maladie particulière nécessitant l’apport d’une alimentation précise. Voyez-vous, la bonne nutrition physiologique est une affaire très complexe si on veut être précis et efficace !

Le mot Nutrition à ses origines dans le mot « Nutrire » en latin, qui veut dire : nourrir. C’est une science multidisciplinaire. La « physiologie » traite de la façon dont les aliments sont transformés par notre organisme. C’est ce qu’on appelle les « processus métaboliques ». La physiologie étudie l’importance et les fonctions des macronutriments et des micronutriments au niveau cellulaire grâce à l’observation de leurs actions biochimiques. La nutrition observe aussi la quantité d’énergie libérée par ces réactions « biochimiques » et la quantité d’énergie consommée par l’organisme.

Sur le plan psychologique, la nutrition pose des questions culturelles et personnelles sur les choix alimentaires ou le pourquoi qu’un individu ou un groupe suit des habitudes alimentaires particulières. D’autres facteurs environnementaux, les medias, la politique de santé sont aussi des facteurs qui influencent directement le choix nutritionnel.

Macronutriments

Les sucres (glucides) les corps gras (lipides) et les protéines sont les trois nutriments qui nous apportent de l’énergie au quotidien et qui font notre base alimentaire de la civilisation moderne. L’énergie se mesure en calories (cal) ou en joules (J).

1 Kcal = 4,186 kJ et 1 kJ = 0,289 kcal.

L’énergie se fabrique dans le corps humain par un phénomène que nous appelons le métabolisme. Ce processus est possible grâce à la présence de l’oxygène qui provoque « une oxydation » libérant de l’énergie. Ainsi pour 1g de corps gras consommé, 9,44 cals d’énergie est libéré. 1mL d’alcool libère 5,6 cals, Selon les glucides, l’énergie libérée est différente, 4,18 cals, pour 1g d’amidon, 3,94 cals, pour 1g de saccharose, 3,72 cals pour 1g de glucose. L’oxydation d’un gramme de protéine produit 5,6 cals, mais dans le cas des protéines le corps n’en profite que de 4,70 cals, ce qui est spécifique à cet aliment. L’ensemble des organes participe à l’extraction et l’optimisation de l’énergie.

Le système digestif « casse les aliments » sur le plan chimique. La transformation des glucides, produit du glucose qui provient des sucres consommés (ou en galactose), les acides gras proviennent des corps gras ingérés et les acides aminés des protéines présentes dans les aliments.

Cette transformation en énergie se réalise sur plusieurs étapes fonctionnelles qui elles, dépendent du nutriment.

Les Sucres (ou Glucides)

Présents dans les aliments tel que le riz, les pains (sous forme d’amidon essentiellement), pomme de terre, boissons sucrées, céréales de petit déjeuner ou d’autres formes de céréales, les glucides sont catégorisés monosaccharides pour une unité (comme le glucose), disaccharides pour deux unités (ou diholoside tel que le saccharose) ou encore polysaccharides (ou glycanes) pour des unités multiples et au delà. Une classification similaire est pratiquée selon le degré de polymérisation « DP ». 1 DP est un monosaccharide. 1 à 2 DP est un oligosaccharide et un DP de 3 à 9 et au delà est un polysaccharide. Le lactose est un monosaccharide absorbé dans l’intestin grêle. Parfois à cause d’une déficience en sucrase-isomaltase, certaines personnes peuvent être intolérantes pour le lactose. (Asiatiques, Inuits etc.).

Les glucides sont indispensables au corps humain et notamment pour le cerveau, pour lequel, il est la seule source d’énergie. Le sang en contient environ entre 70 et 100 mg/dL. Un adulte doit avoir un apport journalier minimum de 130g.

La nutrition physiologique personnalisée étudie la réaction du corps humain selon la quantité et la nature des nutriments disponibles ou apportés. S’il y a insuffisance d’apports glucidiques, le corps humain peut puiser l’énergie dans les corps gras et vice versa. Si ce sont les glucides qui sont puisés, cette énergie est transférée du sang aux cellules par l’insuline et les excédents sont transformés par le foie par un processus qualifié de « Novo Lipogenesis (DNL) ». Les excédents de sucres sont stockés sous forme de graisse et non comme des glucides car la concentration en énergie du gras est supérieure à celle des sucres, ce qui minimise le volume par conséquent. Le gain en poids ainsi obtenu par le métabolisme permet d’assurer une meilleure mobilité du corps.

Lipides ou Corps gras

C’est une matière insoluble dans l’eau comparée aux glucides. Bloor classifie les corps gras en 4 catégories :

Les corps gras simple sont des acides gras unis par une liaison ester et des alcools. (Ex triglycéride est le résultat d’une molécule de glycérol estérifiée à deux ou trois molécules d’acides gras, présents dans les huiles végétales et les graisses animales.

Les corps gras complexes ont la même composition de base possédant des molécules supplémentaires. Ex : un complexe phosphoglycéride est obtenu en estérifiant le glycérol avec deux molécules d’acide gras et un phosphate.

La troisième catégorie de corps gras est un corps gras dérivé obtenu par l’hydrolyse des deux précédents corps gras.

La quatrième catégorie des corps gras est classée selon la longueur de leur chaine de carbone (court, moyen, long, très long) et la présence d’au moins une double liaison carbone-carbone (l’acide est alors insaturé et cette classe comprend aussi les acides gras trans).

Il est admis que 20 à 35% d’énergie peut provenir des corps gras. Les rôles des acides gras dans le corps humain sont toujours à l’étude. Nous ne comprenons pas encore toutes leurs implications nutritionnelles sur la santé. Les acides gras essentiels comme l’acide ?-linolénique, Oméga 3, 6, 9, acide ?-linolénique sont considérés comme importants pour assurer la bonne nutrition corporelle et sont toujours sous la coupe des études scientifiques dans le monde entier.

Protéines

Elles peuvent être d’origine animale ou végétale. Une protéine est formée d’acides aminés liés par des liaisons peptidiques. Les acides aminés sont de deux catégories : ceux indispensables pour le corps humain qui ne peut les synthétiser et qui doivent provenir uniquement de l’alimentation (un ex : arginine pour les enfants) et les acides gras non indispensables (ex : Proline). Pour illustrer un cas de fonctionnement des protéines, prenons l’exemple de la kératine composante essentielle des cheveux qui est une protéine agissant de concert avec une autre protéine « le collagène » pour apporter tonicité et élasticité à la peau. Un apport insuffisant ou inapproprié de protéines peut avoir des conséquences fortes et diverses pour le corps. En général, on considère qu’une consommation de 0,80g de protéines par kilogramme de masse corporelle est recommandée. Un régime alimentaire normal peut comprendre de 30 à 35% d’apports de protéines au maximum sauf cas particulier.

Micronutriments

Les micronutriments sont des vitamines, minéraux, sels minéraux (oligo-éléments), antioxydants, composés phytochimiques organiques d’origine alimentaire et ils sont essentiels pour le bon fonctionnement du corps. Ces éléments sont présents dans l’eau, fruits et légumes, denrées animales, plantes, racines etc. Une carence peut entrainer des maladies : Ex : Scorbut pour la déficience en vitamine C, Anémie pour manque de fer etc. La liste est longue et le lexique santé de Wellsanté qui sort prochainement vous informera sur les conséquences causées par les carences en micronutriments.

La Nutrition et l’alimentation. Quel rapport ?

La nutrition est une science qui intègre et qui analyse les causes et les effets de l’alimentation sur la santé. A cet égard, cette science étudie les classes d’aliments, leur historique pour l’humanité, leurs compositions, leurs propriétés, la meilleure manière dont ils doivent être utilisés ou consommés (cru, cuit, mi-cuit, entier, en poudre, en pâte etc..). En outre, la nutrition s’intéresse particulièrement à l’utilisation des aliments par notre organisme et comment s’effectue leur transformation dans le corps. Les comportements alimentaires culturels des individus ou groupes d’individus sont pris en considération. Les habitudes de consommation comme le grignotage font partie d’étude nutritionnelle.

Sur le plan scientifique et médical, l’observation clinique nutritionnelle permet de déceler les maladies qui ont un rapport direct avec les carences nutritionnelles constatées. Les études démontrent qu’une importante liste des maladies est concernée par la nutrition ou très exactement par une mauvaise nutrition. Cancers, maladies cardiovasculaires, hypercholestérolémie (cholestérol), Hyperglycémie (diabète de type2), ostéoporose, hypertension artérielle, obésité, inflammations chroniques, maladies auto-immunes, Alzheimer, Parkinson, anorexie, fatigue chronique, manque d’immunité, balance acido-basique du sang anormale, sont une liste non exhaustive des maladies en rapport direct avec la nutrition.

Ainsi, les scientifiques pensent qu’on peut éviter près de 100 000 cas de cancers en France en changeant simplement les habitudes alimentaires notamment pour les cas des cancers d’origine digestive (estomac, œsophage, foie, pancréas, côlon-rectum).

Une nutrition inadaptée est un facteur pronostic dans l’évolution des cancers et autres maladies. Une personne sous alimentée ou sur alimentée subira plus de risque de maladies qu’une personne suivant une alimentation équilibrée.

La Malnutrition. C’est quoi ?

Contrairement aux idées reçues la malnutrition définit bien une insuffisance des nutriments tout comme un excès des nutriments. Une alimentation trop riche des pays développés est une forme de malnutrition. L’obésité est l’exemple typique d’une forme de maladie-épidémie qui est répandue dans les pays développés à cause souvent d’une alimentation trop riche sauf dans les cas de pathologies génétiques. Ainsi une personne d’un IMC de 40-50 a une durée de vie inférieure de 8 à 10 ans par rapport à une personne d’un poids normal en bonne santé.

Principes de Nutrition Physiologique de Wellsanté

La poursuite d’une santé normale humaine est directement influencée par quatre facteurs importants. Selon les experts de Wellsanté ces quatres facteurs sont l’alimentation, le métabolisme (anabolisme et catabolisme), une activité physique et mentale adaptée à votre âge et à votre sexe, permettant d’agir sur le fonctionnement physiologique du corps et en dernier lieu, mais tout aussi important qui est l’élimination. D’autres facteurs comme l’environnement, le climat, et les facteurs socio-économiques comme les conditions de transport, le stress, l’environnement psychologique au travail et à domicile etc. jouent un rôle important sur la physiologie nutritionnelle.

Les activités biochimiques nutritionnelles sont complexes et elles sont toujours en cours d’études scientifiques partout dans le monde et font l’objet de découvertes nouvelles. Les interactions entre les aliments, leurs dégradations physiques et biochimiques, leur digestion et leur transformation permettant le renouvellement du tissu cellulaire sont un aspect du métabolisme qu’on qualifie d’anabolisme. Il constitue avec le catabolisme qui correspond lui à la transformation en énergie des molécules assimilées par les tissus. Le catabolisme est un processus de destruction ou déstructuration qui produit des déchets. (Anabolisme = construction; Catabolisme = création d’énergie plus déchets). Le devenir des ces nutriments ainsi métabolisés par les tissus ou organes spécialisés pour le maintien d'une bonne santé globale font l’objet d’une recherche permanente.

Cependant, des choix nutritionnels importants doivent être opérés pour assurer et réguler la bonne santé des personnes de tous âges et sexe. La nutrition infantile est un sujet majeur, tout comme la nutrition des enfants et adolescents jusqu’à maturité de leur croissance. La nutrition des personnes âgées doit assurer une bonne alimentation adaptée qui prévient la perte de masse musculaire, l’ostéoporose, l’immunité etc. C’est aussi vrai pour des populations entières qui souffrent de malnutrition.

Ces quatre facteurs génèrent un ensemble de réactions biochimiques dans le corps humain pour assurer son bien-être santé. C’est bien ces réactions qui provoquent des transformations au niveau moléculaire et qui produisent de l’énergie et des déchets au niveau cellulaire de chaque organe pour permettre leur bon fonctionnement et le maintien de leur équilibre.

C’est ce que nous appelons la physiologie en nutrition. Wellsanté est expert en nutrition physiologique et développe tous ses produits qui influent positivement votre nutrition et santé directement ou indirectement.

Les maladies dites de « civilisation » sous certaines formes, comme le diabète et l’hypercholestérolémie se sont développées de façon importante depuis un demi siècle à l’exception des maladies infectieuses d’origine bactérienne ou virales qui peuvent provenir de causes environnementales. Les experts scientifiques sont unanimes, la quasi totalité des maladies chroniques a ses origines dans le dysfonctionnement métabolique dont les racines se trouvent dans une malnutrition et un mode de vie inadapté à la vie moderne.

La bonne maîtrise de ces quatres facteurs est primordiale pour rester en bonne santé et pour éviter le développement des maladies physiologiques nutritionnelles.

Dans les sociétés occidentales la surconsommation alimentaire en calories, en sucres rapides, en lipides saturés et en protéines animales, empoisonne et intoxique notre organisme, le sang et les tissus cellulaires se trouvent « embouteillés ». Les déchets sont stockés faute de pouvoir être éliminés à temps et on continue d’amasser les déchets avec l’arrivée quotidienne et toujours massive d’aliments « trop riches ». Cette «suralimentation» déséquilibre le fonctionnement du corps et de son métabolisme. Les fonctions hormonales et endocriniennes finissent par « disjoncter » et le début des maladies chroniques commence à s’installer. Faute de pouvoir apporter une correction nutritionnelle à temps, le corps se retrouve dans une situation de santé périlleuse voire toxique.

Une activité physique pour les uns et une activité sportive pour d’autres couplée à une activité mentale est indispensable pour assurer le bon fonctionnement métabolique grâce à la stimulation des fonctions biochimiques psychoneurotiques et physiques. Notre mode de vie moderne malheureusement nous empêche de pratiquer une activité physique régulière ou une activité mentale d‘exercices cérébraux . Nous développerons ces thématiques dans notre site blog santé

Wellsanté s’efforce de vous apporter une réponse précise, scientifiquement étudiée pour que vous puissiez toujours rester en bonne santé ou l’améliorer considérablement et le cas échéant, vous aider à faire disparaître certaines maladies physiologiques avec nos produits efficaces.

Nos compléments alimentaires, nos super aliments, nos plantes et certains de nos aliments BIO/naturels sont des concentrés de nutriments spécifiques, de vitamines, de minéraux… etc. destinés à pallier l'insuffisance des apports, liés à une alimentation déséquilibrée et à maintenir le bon fonctionnement des métabolismes. Nos produits permettent de répondre aux caractéristiques néfastes des conditions d'hygiène de vie actuelles, dont les causes sont non seulement une mauvaise alimentation mais aussi une sédentarité croissante, le stress, la pollution, l’agriculture intensive…

Le développement de ces produits s'appuie sur des études des populations souffrant d’un déficit nutritionnel spécifique qui démontrent que la supplémentation par des nutriments particuliers est bénéfique pour la santé. Nous intégrons aussi dans nos concepts de santé, les besoins en nutrition complémentaire pour optimiser les soins afin d’obtenir une meilleure efficacité.

Wellsanté vérifie et valide, l'efficacité des nutriments ou de ses formules de nutriments, pour la santé humaine. La recherche est dans l’ADN et au cœur de l’innovation Wellsanté.

 

Commentaires

Envoyer un commentaire sur le blog santé Wellsanté.com




* Champs obligatoires